Église catholique chaldéenne

Église catholique chaldéenne, Église de rite oriental prévalant en Irak, en Iran et au Liban, unie à l’Église catholique romaine depuis 1830, et par intermittence depuis 1551.

Le christianisme en Irak et en Iran date de la fin du IIe siècle. Au Ve siècle, l’Église d’Orient embrasse le nestorianisme, une hérésie qui déclare que le Christ est un homme et que Dieu le fils est son pendant divin. L’église prospère et s’étend en Chine, dans les steppes de l’Asie mongole et sur la côte Malabar de l’Inde jusqu’au 14e siècle, lorsque le chef mongol Timur détruit complètement l’Église nestorienne à l’est de l’Irak, sauf en Inde.

L’union avec Rome se réalise pour la première fois en 1551, lorsque le patriarche élu Jean Sulaka se rend à Rome et fait sa profession de foi catholique. À partir de cette période, les nestoriens devenus catholiques sont appelés chaldéens. D’autres unions ont été réalisées en 1672, 1771 et 1778, l’actuelle lignée ininterrompue des « patriarches de Babylonie » datant de 1830. La résidence patriarcale était d’abord dans le monastère Rabbān Hormizd, puis à Mossoul, et enfin à Bagdad. Outre le diocèse patriarcal de Bagdad, il existe quatre archidiocèses (Bassora, Kirkouk, Sehna, Iran-résidence de Tehrān-et Urmia, auquel est uni le diocèse de Salmas) et sept diocèses (Alep, Alkosh, Amadya, Akra, Beyrouth, Mossoul et Zakho). Les Chaldéens ont conservé l’ancienne liturgie de Syrie orientale d’Addai et de Mari, qu’ils célèbrent en syriaque.

Laisser un commentaire