Je'suis embaumeur depuis 14 ans et vois ma part de corps. Des questions ?

Jenn Park-Mustacchio est une directrice funéraire et embaumeuse agréée qui travaille dans le New Jersey, aux États-Unis. Elle a étudié l’anthropologie et la biologie humaine à l’université de Pennsylvanie, et travaille dans le secteur funéraire depuis 14 ans. Que voulez-vous savoir ? Laissez vos questions dans les commentaires. Jenn surgira tout au long de la journée pour y répondre.

Parlez-nous d’une journée ordinaire de travail :

Typiquement, ma journée commence quand quelqu’un meurt. Comme je suis embaumeur de métier, je ne m’occupe pas du premier appel ou du transport d’une personne décédée (bien que j’ai déjà fait les deux). Mon patron m’appelle, et j’arrive au salon funéraire peu de temps après que le défunt ait été pris en charge pour commencer le processus d’embaumement. Je m’habille avec mon équipement de protection individuelle (blouse, tablier, couvre-chaussures, gants, etc.) et j’évalue la personne pour décider comment je vais procéder. Chaque cas est différent et nécessite une combinaison spéciale de fluides (qui sont mélangés en fonction de la taille, du poids et des conditions physiques du défunt). Je mélange les fluides en conséquence et commence à fixer les traits.

La fixation des traits consiste à fermer les yeux et la bouche et à placer du coton dans la bouche pour donner à la personne une expression plus naturelle. Ensuite, je fléchis doucement les bras, les jambes et les doigts pour soulager la tension musculaire ou la raideur de la rigidité cadavérique. Je positionne les mains l’une sur l’autre, lave le corps, couvre les organes génitaux (pour préserver la pudeur) et prépare les outils dont j’aurai besoin pour embaumer.

Typiquement, nous utilisons un scalpel pour faire une petite incision près de la clavicule droite. De là, nous recherchons l’artère carotide commune et la veine jugulaire interne. Une petite incision est faite dans chacune. Des tubes artériels sont placés dans l’artère (l’un est dirigé vers le cœur, tandis que l’autre est dirigé vers la tête). Un tuyau de drainage, ou pince coudée, est également placé dans la veine pour faciliter le drainage du sang. Le tuyau, relié à la machine à embaumer, est ensuite connecté au tube artériel dirigé vers le cœur. L’embaumeur est ensuite réglé pour réguler la pression (la force du fluide) et le débit (la vitesse du fluide). Ces boutons sont réglés différemment pendant l’embaumement pour chaque cas afin de créer le taux d’injection optimal pour le corps. La machine est mise en marche et le fluide commence à se déplacer dans le tuyau, dans le tube artériel et dans le corps. Alors que le fluide d’embaumement est poussé dans le système artériel, le sang est expulsé par la veine jugulaire.

Le corps est vigoureusement massé avec une éponge savonneuse pour faciliter le drainage et la distribution du fluide d’embaumement. Les tissus commenceront à se raffermir et à prendre un aspect rosé, ce qui est une excellente indication d’une distribution adéquate et d’un embaumement réussi. Les tubes sont ensuite retirés, la veine et l’artère sont ligaturées et l’incision est suturée. Ensuite, la cavité est traitée. Le fluide est aspiré des organes creux à l’aide d’un instrument appelé trocart, puis un fluide à indice élevé (très fort) est placé dans la cavité et l’incision est fermée à l’aide d’un petit dispositif circulaire en plastique ressemblant à un bouton appelé trocart. Le défunt est à nouveau lavé. Ses cheveux sont peignés et de la crème est placée sur son visage pour éviter la déshydratation de la peau. Le défunt est ensuite couvert et restera dans la salle de préparation jusqu’à ce qu’il soit habillé, cosmétisé et prêt à être placé dans un cercueil pour l’exposition.

Typiquement, l’exposition a lieu quelques jours après le décès. Je nettoierai donc la salle de préparation et je partirai jusqu’à ce qu’il soit temps pour le prochain embaumement ou jusqu’à ce qu’il soit temps d’habiller et de mettre en cercueil une personne qui a déjà été embaumée.

*Ce qui précède est une description d’un embaumement « typique ». Si une personne meurt tragiquement (meurtre, suicide, accident de voiture), le processus d’embaumement est radicalement différent.

Dites-nous quelque chose de surprenant, ou d’inattendu, qui vous est arrivé pendant votre travail :

Il m’est arrivé plusieurs choses intéressantes au travail, mais un moment particulier me vient à l’esprit. Je suis entré pour un embaumement à 3 heures du matin et j’ai entendu un murmure étrange. J’ai rapidement tâtonné pour trouver les lumières et, en les allumant, j’ai compris que le bruit provenait de la civière occupée. Je me suis approché avec prudence, pensant que la personne à l’intérieur pouvait être vivante. Cependant, en ouvrant la housse, j’ai trouvé un magnétophone (dont j’ai appris plus tard qu’il diffusait un chant bouddhiste). Le lendemain, la famille m’a expliqué que, dans l’idéal, un moine se trouve sur le lieu de la mort pour chanter lorsque l’âme quitte le corps. Le chant calme l’âme, qui, selon les bouddhistes, est dans un état de confusion et de peur après avoir quitté le corps. L’âme du défunt doit être mise à l’aise par de la nourriture et des chants pendant cette période difficile de transition. Cette expérience particulière a été à la fois éclairante et effrayante !

Qu’est-ce qui fait une très bonne journée de travail ?

Mon travail est épanouissant lorsqu’un cas particulièrement difficile se révèle meilleur que prévu. Si une famille décide de garder un cercueil ouvert, alors qu’elle pensait auparavant ne pas pouvoir le faire, ou lorsque quelqu’un complimente mon travail. Le meilleur compliment que j’ai reçu est celui d’une femme dont la fille est morte d’un cancer des os. Elle m’a pris la main et m’a dit :  » Merci, elle est si belle, on dirait qu’elle pourrait se lever et danser. « 

Quel est votre salaire ? Bénéficiez-vous d’avantages sociaux ?

Le revenu annuel médian des directeurs de pompes funèbres aux États-Unis est supérieur à 52 000 dollars (le salaire annuel moyen dans le New Jersey étant supérieur à 79 000 dollars). Les réglementations varient d’un État à l’autre, mais ici, dans le New Jersey, nous sommes des embaumeurs/directeurs de funérailles et sommes autorisés à gérer tous les aspects des funérailles (du premier appel à la disposition finale). Dans d’autres États, ils ont des licences distinctes pour les directeurs de funérailles et les embaumeurs.

Même si je suis autorisé à exercer tous les aspects de l’activité, je travaille comme embaumeur parce que j’aime cet aspect particulier de l’activité et que j’ai constaté que cela me permet de passer une quantité importante de temps avec ma famille. Les embaumeurs professionnels, comme moi, sont payés à la tâche. Habituellement, nous travaillons pour plus d’un endroit et nous embaumons, habillons, cercueils, maquillons et faisons des travaux de restauration. Les embaumeurs de métier peuvent gagner beaucoup plus que le directeur de funérailles moyen, selon le nombre d’établissements pour lesquels ils travaillent et le niveau d’activité de ces établissements. Cependant, nous ne bénéficions pas de prestations de santé car nous ne sommes pas des employés à temps plein.

Avez-vous déjà commis une erreur au travail ?

J’ai la chance de pouvoir dire que je n’ai pas fait d’erreur majeure. Lorsque j’étais stagiaire, j’étais super prudent et très conscient que toute erreur que je faisais pouvait potentiellement affecter le processus de deuil des amis et des proches décédés, alors je consultais toujours les directeurs de funérailles principaux si je n’étais pas sûr de ce qu’il fallait faire ou de la façon de procéder dans les cas difficiles.

Avez-vous un travail intéressant ? Vous connaissez quelqu’un qui en a un ? Dites-le nous ! Envoyez un courriel à [email protected] avec vos conseils et vos suggestions pour d’autres personnes que nous devrions présenter dans Une journée de travail.

Les faits saillants (jusqu’à présent) de la Q&A

Q:

Avez-vous déjà travaillé sur un ami ou un parent, ou demanderiez-vous à un collègue de le faire ?

A:

J’ai aidé à préparer ma grand-mère et embaumé mon cousin et un de mes professeurs de lycée. Je m’arrêterais à maman ou papa. Bien que je connaisse quelques embaumeurs qui ont embaumé leurs parents. Ceux d’entre nous qui choisissent de s’occuper de la préparation de leurs amis et de leurs proches le font généralement parce qu’ils ont l’impression de pouvoir faire le meilleur travail pour leur redonner leur apparence naturelle, car ils les connaissaient si bien dans la vie. C’est difficile, mais c’est un travail d’amour.

Q:

Est-il vrai qu’ils doivent  » câbler  » les mâchoires des gens, leur mettre des lentilles de contact  » velcro  » dans les yeux et leur bourrer les joues de coton ? Et est-il vrai que la dernière chose que tout le monde fait est d’évacuer ses intestins ?

A:

La bouche peut être fermée par suture ou à l’aide d’un dispositif qui consiste à placer deux petites punaises (une ancrée dans la mandibule et l’autre dans le maxillaire) dans la mâchoire. Les punaises sont munies de fils qui sont ensuite tordus ensemble pour maintenir la bouche fermée. Cette opération est presque toujours effectuée car, lorsqu’elle est détendue, la bouche reste ouverte. Nous utilisons également du coton pour combler les joues creuses ou donner l’apparence de dents à ceux qui n’en ont pas ou à qui il en manque quelques-unes. Le dispositif sous l’œil est en fait un cache-œil en plastique dentelé qui aide à maintenir l’œil fermé. Je n’aime pas leur aspect et je ne les utilise donc pas. Il suffit généralement d’utiliser du coton sous une paupière si l’œil s’est dégonflé. Cependant, nous n’avons généralement pas besoin d’utiliser quoi que ce soit sous la paupière. Quant à votre dernière question, si quelqu’un n’a pas évacué ses intestins récemment, il peut déféquer à sa mort (mais pas toujours.

Q:

J’ai grandi en vivant dans un cimetière et j’avais l’habitude d’aider à creuser / rouvrir les tombes (mon père était le fossoyeur). Cela m’a laissé avec une croyance absolument nulle dans les fantômes, et une acceptation tranquille et calme de la mort comme un processus naturel.

Just wondered how you view the subject of ghosts and all the other cliches connected with graveyards?

A:

I feel much the same as you. I have yet to see anything that convinced me of the presence of ghosts. If they do exist, I’m sure they could think of better places to be than haunting me at the funeral home 😉

Q:

Thank you for the details of embalming. Respectful and professional.

I’m having second thoughts about being cremated now.

1. Is the body still a person or just a human body?

2. Does the dead person’s religion change the embalming routine?

Many thanks.

A:

Thank you so much.

In my humble opinion, the deceased is a vessel where life once existed. Je traite toujours cette personne avec respect, mais l’étincelle qui faisait d’elle ce qu’elle est n’est plus là.

Certaines religions n’embaument pas (les juifs et les musulmans sont les deux qui me viennent immédiatement à l’esprit). Elles estiment que le corps doit être enterré avec tous ses composants. Donc retirer le sang serait une violation de leurs croyances. Ils adhèrent à une idée plus « naturelle » de l’enterrement qui consiste à envelopper le défunt et/ou à le placer dans une boîte en pin naturel.

Q:

Mon Dieu, ils distribuent les pics de gardiennage comme si c’était Noël, pensez vite à une question !

Mes vraies questions (toux, préparations..)

1- Comment faites-vous pour vous tenir au courant des techniques actuelles ? Existe-t-il des conférences, des magazines spécialisés et une communauté collaborative active de… thanatopracteurs ?

2- Pouvez-vous développer les techniques impliquées dans les morts plus violentes ? Quel est le travail de réparation le plus drastique que vous avez eu à faire et avez-vous déjà trouvé cela pénible à faire ou pouvez-vous juste zoner et vous concentrer sur la tâche à accomplir malgré tout ?

3- En lien avec ce qui précède, avez-vous déjà été vraiment ému par quelque chose que vous avez vu ? Après tout, ce sont de vraies personnes et vous devez avoir un aperçu fascinant de leur vie, peut-être que certains d’entre eux n’ont pas été vus nus depuis des années.

Merci

A:

Vous semblez avoir beaucoup de questions pour ce modeste croque-mort. Quoi qu’il en soit, malgré la petite insulte, je vais répondre à vos questions…

Nous devons suivre des cours de formation continue afin de rester à jour avec nos licences (qui doivent être renouvelées tous les 2 ans). Il existe également des magazines spécialisés et des forums funéraires privés où nous discutons des problèmes.

Les décès les plus violents impliquent des autopsies et nécessitent que tous les membres et la tête soient embaumés séparément. Les organes sont également traités séparément et replacés dans la cavité après embaumement. Il y a beaucoup de sutures (l’incision y du corps et l’incision crânienne de la tête)

Il y a eu de nombreux cas qui ont eu un grand impact sur ma vie. Je suis extrêmement franc sur la question de la violence domestique après avoir géré les funérailles d’une jeune femme de 20 ans qui a été abattue par son petit ami (qui a ensuite retourné l’arme contre lui). Les enfants sont toujours difficiles aussi.

Comme pour la restauration la plus difficile. Ce serait de faire un nez pour une dame qui avait un cancer cranio-facial.

Q:

Je suis au Royaume-Uni et j’ai toujours eu l’impression qu’un embaumement au moins partiel était fait à des fins d’observation. Est-il nécessaire de permettre la visualisation sans détresse extrême ? Ou les gens peuvent-ils choisir de ne pas être embaumés, qu’ils soient enterrés ou incinérés ?

A:

L’embaumement n’est pas requis par la loi (sauf dans certains cas, et seulement dans certains États). Ici, dans le NJ, vous n’êtes tenu d’être embaumé que si vous êtes transporté au-delà des frontières de l’État. Certaines personnes choisissent d’embaumer le corps avant de l’exposer, car elles préfèrent l’apparence de vie que donne l’embaumement. D’autres sont embaumés, ont une exposition et sont incinérés. C’est strictement le choix de la famille. D’après ce que j’ai compris, l’embaumement n’est pas courant au Royaume-Uni, mais cela ne signifie pas que les entrepreneurs de pompes funèbres ne définissent pas les caractéristiques. Je suppose que c’est peut-être à cela que vous faites référence. Il est possible de fixer les traits (fermer les yeux et la bouche) et d’esthétiser le défunt pour l’exposer sans embaumement.

Q :

Croyez-vous en une quelconque existence consciente après la mort physique ? (Ne doit pas nécessairement se limiter aux concepts religieux/spirituels de  » vie après la mort « .)

Grand article/interview, très intéressant.

A:

Merci. Je suppose que si me qualifier d’agnostique. Donc d’espoir que quelque chose de merveilleux existe après la mort.

Q :

J’ai été gestionnaire de funérailles pendant dix ans et c’est la première page d’un cimetière d’animaux Stephen Kings qui m’a donné envie de rejoindre cette profession. Qu’est-ce qui a piqué votre curiosité ?

(pour ceux qui ne l’ont pas lu, la première page donne une liste de personnes qui ont écrit sur les choses qu’ils ont vues et les choses qu’ils ont faites… des personnes célèbres à travers l’histoire. En dessous, il y a une autre liste de personnes qui n’ont jamais écrit sur les choses qu’ils ont vues et faites. Ce sont les croque-morts qui ont enterré et embaumé le premier lot. La page se termine par « La mort est un mystère mais l’enterrement un secret ». )

A :

Dom, très intéressant ! My dad tried to buy a funeral home when I was 12 and they wouldn’t sell it to him because he wasn’t licensed. I told him not to worry, because I’d be a mortician when I grew up and we could buy a funeral home together. My father has always had an interest in the death care industry and the afterlife and I guess it rubbed off on me as a small child.

Thank you for your contribution!

Q:

Have you ever considered surreptitiously stealing body parts, moving to a gothic German castle, then sewing them together and animating your creation by pulling a huge switch during a lightning storm while laughing maniacally?

A:

My son’s name is Victor (after Mary Shelley’s Victor Frankenstein). So the answer is, of course 😉

Q:

Do you ever arrange the bodies in amusing poses?

A:

I definitely have not, but my dad requested he be displayed face down in his casket so all the people he didn’t like could kiss his behind!

Q:

Was Six Feet Under an accurate portrayal of your profession?

A:

It was one of my favorite shows! The prep room and embalming equipment were accurate depictions. Some of the restorative methods they used were very imaginative, but not at all accurate. It’s been quite some time since I’ve seen it, so if have to give it a review to point out specifics.

Q:

Is embalming just for the pre-burial (or -cremation) viewing? Is that commonplace in the US? (J’ai assisté à quelques enterrements ici en Angleterre et je ne l’ai jamais vu ou entendu se faire.)

Que pensez-vous de l’impact environnemental des produits chimiques d’embaumement ? Le liquide d’embaumement est-il toujours à base de formaldéhyde ?

Combien de chirurgies reconstructives faites-vous dans un cas où quelqu’un est gravement blessé, et quand regardez-vous simplement quelqu’un et dites  » non  » ?

Park-Mustacchio ? Brillant.

A :

Excellentes questions ! Merci.

L’embaumement est généralement choisi lorsqu’il y a une exposition publique suivie d’une inhumation (ou d’une crémation). La dernière fois que j’ai vérifié, le taux de crémation aux États-Unis était d’environ 40% (et beaucoup de personnes choisissant cette option ne sont pas embaumées). Donc, mon estimation éclairée est qu’environ 60% des personnes aux États-Unis sont encore embaumées.

L’industrie funéraire s’éloigne des fluides à base de formaldéhyde et opte pour l’utilisation de fluides à base de glutaraldéhyde (qui est considéré comme l’option d’embaumement « plus verte »). Glutaraldehyde is also used to sterilize medical equipment in certain corcumstances and is far less toxic than formaldehyde.

I will always attempt reconstruction if the family requests it, but I would advise against viewing if I didn’t feel like my attempt was presentable. Sometimes anything is better than the last memory a person was left with. If someone who died tragically was found by their loved one, it is my job to try my best to restore the appearance and give that loved one a more pleasant memory than the one they were left with.

Q:

If a man dies and he didn’t shave that day, do you shave him?

A:

{{#ticker}}

{{topLeft}}

{{bottomLeft}}

{{topRight}}

{{bottomRight}}

{{#goalExceededMarkerPercentage}}

{{/goalExceededMarkerPercentage}}

{{/ticker}}

{{heading}}

{{#paragraphs}}

{{.}}

{{/paragraphs}}{{highlightedText}}

{{#cta}}{{text}}{{/cta}}
Remind me in May

Accepted payment methods: Visa, Mastercard, American Express and PayPal

We will be in touch to remind you to contribute. Look out for a message in your inbox in May 2021. If you have any questions about contributing, please contact us.

Laisser un commentaire